Au secours… les Nappy arrivent !

Ma réflexion du jour…

Hello my lovely people. Je dois parler deh ! Oui ! Oui ! Je dois parler ! Depuis plusieurs mois je vois pulluler sur les réseaux des vidéos, des posts, des commentaires les plus absurdes par endroit !

Oui la coupe d’Angela Davis est très très jolie mais toutes les femmes noires ne souhaitent pas porter sa tignasse ! Alors respectez leur choix !

Oui la boule à zéro de Lupita est jolie et ça va bien avec sa morphologie mais toutes les femmes ou filles noires ne veulent pas forcement avoir sa coupe.

Je me rappelle quand j’étais petite, un jour, je voulais juste faire une petite coupe à mes cheveux, ma mère était aux bords des larmes parce qu’à l’époque dans les rues de Dakar la plus part des filles qui avaient la tête en boule n’étaient pas les bonnes références : pour le dire tout cru : c’était des « thiagua ponty » qui se nettoyaient les dents avec un bâton de cigarette. “Dague sa bop bi meĺni guor ! Déédétt doffi dague sa pop thi gueur gui deh ! Aram ! Soubahanala ! Doufi amé ! Tu ne couperas point tes cheveux ! Tu n’es pas un garçon waye ! Boul doff !” Voilà ce que pouvez recevoir comme réponse une fille qui voulait réduire « sa tête à zéro ».

Ce qui me choque actuellement, c’est certaines fille ou femmes qui se déclarent nappy en se rasant la tête sous l’effet de mode sans comprendre la philosophie du nappy and happy et se mettent dans la position de donneuse de leçon aux autres qui ont décidé de ne pas mettre leur boule à zéro ou de ne pas garder leur cheveux frisés.

J’entends par-ci par-là qu’elles sont qualifiés de femmes africains qui rejettent leur négritude, renient leur identité et de n’aiment pas suffisamment l’Afrique mère ! Même certains hommes s’y mettent pour critiquer leurs sœurs, même si dans un autre monde, leurs propres femmes continuent de se défriser les cheveux et de mettre ces cheveux de cadavre comme ils le surnomment pour bien diaboliser les filles ou femmes qui en mettent ! Oui ! On peut mettre du tissage et aimer l’Afrique plus que quiconque ! On peux aussi avoir la boule à zéro et être la honte du continent ou que l’on soit !

Parfois le plus ridicule c’est quand des filles ou femmes soit disant nappy and happy mettent leur boule de perruque afro pour nous gonfler la tête après ! Si les autres doivent arrêter les tissages, elles doivent forcément arrêter de mettre des perruques pour amuser la galerie !

Aux Etats Unis ce mot nappy est utilisé pour se moquer des femmes et de leur texture de cheveux faisant allusion à un couvre-chef, couche exagérée. Beaucoup de magazines ont boudé ce mot, un article qui en parle ICI.

Dans certains pays africains, en Côte d’Ivoire pas exemple, la femme se met la boule à zéro quand le malheur frappe la famille, elle s’incline de cette manière pour accompagner l’âme de leur morts partis au ciel.

Maintenant revenons sur le fait de se couper les cheveux : il paraît que c’est un vrai attachement à notre identité africaine ! Ah bon ! Le monde est parfois trop à l’envers ! Je ne vais pas me répéter mais ma propre mère n’a jamais voulu que je ressemble à un garçon alors que le Dieu tellement bon m’a faite femme ! Passons alors !

Je m’offusquent encore une fois de ces donneuse de leçons ! Ces intégristes du cheveux des femmes africaines. Ces terroristes capilaires ! Ces pasteurs du cheveux ! Ecoutez-moi bien : Nous respectons votre retour au naturel ! C’est votre droit le plus absolu ! Oui ! Oui ! Nous respectons beaucoup beaucoup ! Mais de grâce, arrêtez de vous prendre plus africaine que les autres, et puis arrêtez de mettre vos boule de perruque afro, c’est ridicule ! Encore plus ridicule qu’un tissage, si vous pensez que ce dernier est ridicule ! Voilà !

Parlons maintenant du tissage ! Pourquoi indexer celles qui la portent ! Si c’est bien fait, où est le problème ? Pensez-vous que parce que vous avez la boule à zéro que vous êtes plus africaine que quelqu’un qui a son tissage ! Que nenni !

Si ! Si ! La boule à zéro peut être très laide sur certaines personnes ! Le tissage peut être aussi trop laid sur la tête de certaines personnes ! Alors le problème est où ! Faut arrêter non ! Thiip !

Bon parlons un peu du défrisage : ce sont des produits chimiques qui coupe les cheveux et brûlent la tête ! Oui c’est vrai ! Mais si sur la notice de la crème défrisante, on met temps de pose 15min selon le type de cheveux , mais la Go décide de son propre gré ne pas se fier à la notice et laisse la crème sur sa tête jusqu’à danser le tectonique, le ndombolo, le dialguati et le youza en cadence dans la salle de bain car elle a laissé la crème plus de 50mns en a perdre ses cheveux et se brûler la cuire chevelure ! C’est la faute à qui ? À la crème défrisante ? Ou à la Go ? Aidez-moi à comprendre ? Pire encore pourquoi mettre cette crème sur la tête des enfants ! Là encore c’est le summum du ridicule !

En gros, c’est un coup de gueule que je lance ici ! Fichez-nous la paix et arrêtez de vous mettre en donneuse de leçon avec vos vidéo, vos tuto et vos message mal articulés ! Le net est une tribune dangereuse où chacun essaie de défendre ses sottises et c’est parfois très lamentable !

Si tu veux avoir ta boule à zéro, fais ! Si tu veux avoir ta perruque afro que tu fais passer pour tes vrais cheveux ou pas, fais ! Mais évites quand même de passer dans un couloir plein de vent car ton nappy attitude sera discutable ! Si tu veux mettre ton tissage, mets ! Mais il faut que cela soit joli, très joli ! Pas comme comme un sac mal fini qui inspire du dégoût et qui sent du pipi de chat !

Mais sachez que dans tout ça, personne n’est plus africaine que l’autre ! Fichez-vous la paix mutuellement ! Ou fichez la paix à celles qui décident d’être autrement et qui le vivent bien et ne demandent rien à personne. Pas de leçon à recevoir de personne en tout cas !

Mettez-vous des dreadlocks si vous voulez, mais il faut que cela soit beau ! Mais pas comme si vous aviez des lambeaux de viandes cramés sur la tête ou du coton rapiécé ! Faites ce que vous voulez de vos cheveux ! Mais ne jugez pas les autres qui décident de faire ce qu’elles veulent des leurs ! Stop ! Arrêtez de prendre votre vérité pour LA vérité !

Encore une fois, si vous voulez une boule sur votre tête rasez-vous ! Mais ne vous retrouvez surtout pas avec trente sept boules sur la tête car c’est moche et laid ! Faites ce que vous voulez de vos cheveux au moment où vous êtes heureuses comme ça et ne pas recevoir de critique de personne sous couvert d’identité africaine, de non respect des racines entre autres, alors que certaines de ces filles ou femme qui critiquent sont mariées à des européens pour ne pas que leur enfants subissent le même supplice de complexe envers les cheveux crépus ! J’ai vu des femmes avec des dreadlocks mais qui ne veuillent pas que leurs petites métisses aient des dreadlocks sur leur petite tête ! Mais sur la tête d’autres femmes qui ne leur ont rien demandé, oui ! J’ai vu des femmes avec une boule à zéro et qui interdisent à leur petites métisses de se mettre la boule à zéro pour la voir avec des cheveux longs et lisse en se faisant une projection de satisfaction. J’en ai vu d’autres qui défrisent leur gamine à trois ans ! Foutaise et ignorance ! Je me rappelle que mon premier défrisante, je l’ai fait quand j’étais au lycée, mon premier tissage aussi et je peux vous dire que je ne suis pas chauve à quarante ans passés. Que nous soyons boule à zéro, dreadlocks, rasta, mèche, foulard, tresse debout ou couchées, tissage ou lissage, il faut s’aimer comme on est, il n y a pas de question d’identité ou de perte de racine la dedans !

Enfin mettez-vous bien dans la tête avec ou sans cheveux, avec ou sans tissage qu’aimer l’Afrique ce n’est pas avoir ou pas ses cheveux coupés ! Aimez l’Afrique ce n’est pas avoir ou pas les cheveux frisés ! Aimer l’Afrique ce n’est avoir ou pas les cheveux tissés ! Aimer l’Afrique c’est porter l’Afrique dans son cœur, dans ses penser, dans ses actions et dans ses réactions ! Aimer l’Afrique c’est la porter et l’amener là où personne ne la encore amener ! Aimer l’Afrique c’est s’aimer soit même ! Point !

Aïssatou Diamanka-Besland

Aïssatou Diamanka-Besland

Ecrivain - Journaliste
Aïssatou Diamanka-Besland

Les derniers articles par Aïssatou Diamanka-Besland (tout voir)

Laisser un comentaire