BIO

Bio

Fille de tirailleur sénégalais, Aïssatou DIAMANKA-BESLAND est née en 1972 au Sénégal. Elle est la troisième d’une fratrie de 5 sœurs et 4 frères. Son enfance, se passe à Pikine, son lieu de naissance, une banlieue proche de Dakar où se trouve la maison familiale. Elle y commence ses études primaires et collégiales jusqu’à l’obtention de son Brevet. Elle choisit la Série D(scientifique) mais son professeur de français change son option sans la prévenir et l’oriente en série A (littéraire). Elle commence ainsi sont cycle secondaire au Lycée Limamoulaye où elle sort quelques années plus tard première de sa classe de Terminale. Mais à cause d’une grève suivie d’une année blanche, elle est obligée de reprendre son BAC qu’elle obtient l’année suivante au Lycée Lamine Gueye de Dakar. C’est dans son pays natal qu’elle a commencé à écrire des textes, des poèmes et des chansons à l’âge de 12-13ans

Elle entreprend des études de lettres au département d’anglais de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, et en même temps au British Consul où elle atteint le Level 6. En 1997, elle s’inscrit à l’ISSIC (l’Institut Supérieure de l’Information et de la Communication) où elle obtient un BSTC(BTS) en Information Communication.

Sa mère travaille comme Assistante de Direction à l’Institut Pasteur à Dakar avant d’occuper le même poste à l’ISRA (Institut Sénégalaise des Recherches Agricoles). Cette dernière disait d’elle qu’elle était «un petit corps rempli de questions».

Son père, ancien «Tirailleur sénégalais», a fait les Guerres d’Indochine et d’Algérie pour la France. Après l’Armée Français, il rejoint celle sénégalais après les indépendances, avant d’occuper un poste de conducteur de bus à la SOTRAC (La société nationale de transports) jusqu’à sa retraite. A cet homme, elle dédie la plupart de ses écrits. Elle dit de lui qu’il a «un cœur grand comme le monde».

Elle arrive en France en 1999 et entreprend des études de Sciences Politiques. Elle obtient successivement une Licence et une maîtrise.

Après un DEA (Diplôme d’Études Approfondies), elle s’inscrit en Thèse de Sciences Politiques et travaille sur l’intégration des Immigrés, à l’Université Paris X Nanterre.

Depuis son enfance, elle a toujours eu le goût de l’écriture à laquelle elle s’est consacrée. Son arrivée en France va bousculer les choses. Elle découvre une autre façon d’appréhender le monde et devient ainsi observatrice de cette société si proche et si lointain. Ceci l’a pousse à reprendre ses textes qu’elle écrivait déjà au Sénégal pour se lancer dans sa quête de monde meilleur. Elle se pose des questions face à cette société de la liberté et se rend très vite compte qu’il lui faudra dix fois plus de patience, dix fois plus de compétences, dix plus d’armes pour se prouver et dix fois plus de temps pour être reconnue… mais elle ne perd pas espoir.

En 2009, elle devient la représentante de « France multiculturelle » pour la section du 92.

Elle cumule plusieurs petits boulots malgré ses longues études mais ne désespère pas. Elle croit en son étoile et persiste et signe que le travail est l’aboutissement de tout.

Elle est co-auteur du livret du  » Requiem noir », un texte sur l’esclavage joué et chanté sur Scène à Dakar et en Ile de France entre 2006 et 2007.

Son premier roman «Le pagne léger*» 128 pages, est publié en 2007. Dans celui-ci, elle se penche sur la condition de la femme.

Le deuxième «Patera*» 216 pages, en 2009, elle y traite l’immigration qui est son domaine de prédilection. Ce dernier est salué par la presse et a reçu plusieurs bonnes critiques. Il est finaliste d’un prix littéraire : « Prix continental 2010 ».

*Éditions Henry, Collections les Écrits du Nord.

Si l’écriture reste une passion indiscutable pour Aïssatou DIAMANKA-BESLAND, elle est journaliste de profession, un métier qu’elle voue également un amour singulier.

Aïssatou Diamanka-Besland

Aïssatou Diamanka-Besland

Ecrivain - Journaliste
Aïssatou Diamanka-Besland

Les derniers articles par Aïssatou Diamanka-Besland (tout voir)

Laisser un comentaire